Musée du Louvre

 

Louis XVIII : 1755-1824

Louis XVIII
Louis XVIII

Né à Versailles en 1755, mort à Paris le 16 septembre 1824, Louis Stanislas Xavier de France, comte de Provence, est le petit-fils de Louis XV, fils du dauphin Louis et de Marie-Josèphe de Saxe, et frère de Louis XVI et du comte d'Artois, futur Charles X. En 1771 il épouse Marie-Joséphine de Savoie, leur union ne donnera aucun enfant.
Lors de la fuite du roi à Varennes (21 juin 1791), le comte de Provence (futur Louis XVIII) doit quitter la France. Il semblerait qu'il soit compromis avec le marquis de Favras dans un complot ayant pour but la discréditation de son frère Louis XVI.
Il va donc gagner Bruxelles puis Coblence. Il se proclame Lieutenant général du royaume, puis, après l'exécution de Louis XVI (21 janvier 1793), prend le titre de régent. Opposé à la Révolution, il exhorte son frère Charles X à la résistance et proclame son neveu Louis XVII roi de France. A la mort de ce dernier, le comte de Provence devient, aux yeux des royalistes, le nouveau roi de France, sous le nom de Louis XVIII.
Résidant alors à Vérone, l'irruption des Français en Italie l'oblige à se réfugier en Allemagne puis dans les États du tsar, à Varsovie et à Mittau (Courlande), enfin, en Angleterre, au château de Hartwell (1807). Il se fait appeler alors le comte de Lille.
Seule la chute de Napoléon permet la restauration de la monarchie bourbonienne. Soutenu par la Grande-Bretagne et agréé par le gouvernement provisoire présidé par Talleyrand, Louis XVIII entre dans Paris le 3 mai 1814, accueilli avec soulagement par une grande part de la nation comme garant d'un retour à la paix avec l'Europe et de la fin de la dictature militaire. Lors de la première Restauration, il lui faut choisir entre déchoir des hommes placés à des postes importants, qui se disent prêts à le servir, pour satisfaire les royalistes émigrés qui rêvent d'effacer de la mémoire collective vingt ans d'histoire, ou transiger, accepter la nouvelle France. Louis XVIII choisit la seconde solution : la plupart des fidèles de Napoléon, dont Fouché, conservent leur poste.
Le 20 mars 1815, Napoléon entre dans Paris par la barrière d'Italie pendant que Louis XVIII s'enfuit par la barrière de Clichy. Ce dernier va s'exiler à Gand pendant la période que l'histoire appelera les Cents-Jours. Le 18 juin 1815, les rêves de Napoléon s'effondrent : c'est la défaite de Waterloo. Le 22 juin il est contraint d'abdiquer et est exilé à Saint Hélène.
A la tête d'une France divisée, Louis XVIII amnistie les révolutionnaires, à l'exception des régicides. Il écarte Fouché, pour plaire aux ultras et accepte la dissolution de la Chambre royaliste, pour plaire aux libéraux. Afin de s'allier des officiers bonapartistes, il crée soixante pairies en mars 1819. Jusqu'à la fin de son règne, il lui faut ainsi naviguer entre un parti royaliste ardent et revendicatif et un parti libéral tenace.
Malade depuis plusieurs années, Louis XVIII voit son état empirer au cours de l'été 1824. Il meurt le 16 septembre après avoir béni sa famille.


Accueil Musées     Histoire du Musée du Louvre     Collections du Musée du Louvre